Ce tutoriel décrit comment convertir une image bitmap numériquement tramée en une illustration vectorielle. Ce processus s'appelle le traçage ou la vectorisation, et il peut être effectué manuellement ou à l'aide d'un outil automatique. Dans ce tutoriel, nous expliquons comment utiliser Vector Magic pour effectuer cette conversion rapidement et facilement.

À quels types d'images ce tutoriel s'applique-t-il ?

Ce tutoriel s'applique à :

  • Les images bitmap numériquement tramées à partir d'une illustration vectorielle

Il ne s'applique pas à :

Ce tutoriel s'applique uniquement aux images bitmap provenant du tramage numérique d'une illustration vectorielle originale. Ceci a lieu lorsque l'illustration vectorielle originale a été perdue, ou lorsqu'il n'est pas pratique ou trop laborieux de la récupérer. Dans ce tutoriel, le processus de revectorisation d'une telle image sera expliqué.

De quoi ai-je besoin pour suivre ce tutoriel ?

  • Ce tutoriel utilise l'Édition de bureau Vector Magic. Vous pouvez utiliser une version d'essai sur la page de l'application de bureau.

  • L'Édition en ligne est très similaire au mode entièrement automatique de l'Édition de bureau. L'interface utilisateur est légèrement différente et ne prend pas en charge la transparence. En tenant compte de ces réserves, vous pouvez aussi utiliser l'Édition en ligne pour suivre ce tutoriel.

L'image source

L'image que j'ai choisie comme exemple est affichée ci-dessous :

C'est une image d'assez haute résolution (604x528 pixels) qui correspond assez bien à la catégorie des images que nos utilisateurs téléchargent. J'ai aussi choisi d'utiliser le format PNG au lieu du format JPG ou GIF, car je voudrais mettre l'accent sur le processus de base et non pas sur les difficultés spécifiques à la gestion du bruit de compression.

L'Assistant de base

Commençons. Dans cette section, nous verrons les étapes à suivre pour adéquatement traiter cette image dans l'Édition de bureau Vector Magic. Cela peut vous aider à comprendre le fonctionnement de l'application.

Nous commençons par charger l'image. Cela peut se faire à partir du presse-papiers, en glissant et déposant l'image sur l'application ou sur son icône de lancement, ou en utilisant la boîte de dialogue de recherche de fichier classique. Choisissez votre méthode préférée et chargez l'image dans l'application.

Mode Assistant

Le chargement de l'image vous amène à la page du mode assistant (ci-dessous). Ce tutoriel suivra l'Assistant de base, et vous devez donc cliquer sur le deuxième des trois gros boutons sur la page du mode Assistant.

Type d'image

Cela vous amène à la page Type d'image, où nous devons sélectionner la catégorie de l'image en question. Les trois choix sont Photographie, Logo avec bords lissés (anticrénelés) et Logo sans bords lissés (crénelés). Les icônes associées à chacune de ces catégories illustrent leurs différences.

Zoomez sur cette image pour décider s'il s'agit d'un logo avec ou sans bords lissés (c'est-à-dire avec anticrénelage ou non). Vous pouvez zoomer à l'aide de la molette de la souris et balayer l'image à l'aide de l'outil manuel en cliquant et en faisant glisser la souris. Un examen attentif de l'un des bords présents dans l'image révélera que cette image contient des bords anticrénelés. Nous sélectionnons donc la deuxième option, Logo avec bords lissés.

Notez que ce choix était recommandé et avait été présélectionné par le programme. C'est une fonctionnalité pratique qui facilite la sélection.

Transparence

Tout comme d'autres visualiseurs et éditeurs d'images, VM utilise un motif à damier pour indiquer l'arrière-plan (derrière l'image). Donc, si une image contient des sections transparentes, comme celle-ci, elles apparaîtront comme un damier. La transparence est prise en charge par l'Édition de bureau VM mais pas par la version en ligne. Cela oblige l'utilisateur à choisir. Si la transparence est obtenue par canal alpha (alpha-blending) (comme c'est généralement le cas avec les images PNG), l'utilisateur ne doit pas la modifier. Si la transparence est obtenue avec un masque de transparence de 1 bit (comme avec le format GIF), mais que le reste de l'image est anticrénelé, il faut aplatir l'image pour obtenir une couleur d'arrière-plan adéquate. Cette page (illustrée ci-dessous) permet à l'utilisateur de faire cette sélection. Dans ce cas, la transparence est mélangée via le canal alpha et nous voulons préserver la transparence dans le résultat vectorisé. Nous sélectionnons donc l'option « Laisser transparent ».

Qualité de l'image source

L'option suivante concerne la qualité de l'image source. L'algorithme doit la connaître afin que, dans le cas d'une image bruitée, il ne traite pas le bruit de compression ou d'autres imperfections dans l'image comme des caractéristiques réelles à reproduire dans l'image vectorielle. Dans ce cas, l'image source est un PNG très propre et net, sans bruit. C'est définitivement une image de haute qualité, alors nous sélectionnerons ce choix (voir ci-dessous). Mais assurez-vous de zoomer sur toute image donnée pour regarder de plus près. Parfois, une image peut apparaître propre et nette lorsqu'elle est agrandie, mais des défauts deviennent évidents lorsqu'on l'inspecte en détail.

Mode de couleur

Le choix suivant détermine comment sélectionner les couleurs à utiliser dans le résultat vectoriel. « Couleurs personnalisées » signifie que vous pouvez sélectionner la palette exacte des couleurs à utiliser, tandis que « Couleurs illimitées » signifie que l'algorithme les choisira automatiquement. En général, il faut choisir « Couleurs illimitées » lorsqu'il y a beaucoup de couleurs dans l'image, et « Couleurs personnalisées » quand il y en a très peu. Mais il est parfois parfois judicieux de choisir « Couleurs illimitées », même s'il y a très peu de couleurs, car cette option prend moins de temps. Dans ce cas, j'aimerais démontrer le processus lorsqu'on sélectionne « Couleurs personnalisées », et je vais donc choisir cette option (voir ci-dessous).

Sélection de la palette

Pour le mode « Couleurs personnalisées », l'utilisateur doit sélectionner la palette de couleurs spécifique qu'il souhaite inclure dans le résultat vectorisé. Sur cette page, plusieurs « Palettes rapides » sont affichées pour permettre à l'utilisateur d'en sélectionner une. La sélection d'une palette rapide fait apparaître cette palette dans la zone en haut de la page. Les couleurs individuelles dans la palette sélectionnée peuvent être modifiées ou supprimées en cliquant dessus, et des couleurs supplémentaires peuvent être ajoutées en cliquant sur l'icône « + ». Dans ce cas, la palette rapide de sept couleurs est le bon choix (voir ci-dessous). Nous la sélectionnons et nous continuons. Les flèches à gauche de chaque palette rapide indiquent si le programme estime qu'elle est adéquate. La double flèche représente le choix privilégié du programme. Dans ce cas, le choix privilégié par le programme (neuf couleurs) n'était pas correct, mais un clic de souris a suffi à corriger cette erreur. Après avoir sélectionné la palette correcte, on clique sur « Suivant » pour passer à l'étape de vectorisation.

Affichage du résultat

L'étape de vectorisation prend une minute ou deux, selon la vitesse de votre processeur. Une fois qu'elle est terminée, vous vous retrouverez sur la page « Affichage du résultat ». Sur cette page, vous pouvez retraiter rapidement l'image avec des paramètres légèrement modifiés, ou vous pouvez la modifier manuellement. Bien que le résultat semble adéquat lorsqu'il est agrandi (voir ci-dessous), il y a quelques défauts mineurs. Je vais vous expliquer comment réparer ces défauts dans les captures d'écran suivantes.

Un petit défaut

Les deux images suivantes montrent un détail mal reconstruit sur le casque du soldat. Bien que ce soit légèrement ambigü, il semble que le jaune — et non pas le noir — devrait être connecté en ce point étroit. Sur le deuxième écran illustré ci-dessous, les contours du résultat vectorisé sont illustrés sur le bitmap d'origine. Pour régler ce problème, nous cliquons sur le bouton « Modifier résultat » en bas des options de résolution des problèmes.

Modifier la segmentation

L'éditeur de segmentation fonctionne comme Microsoft Paint ou n'importe quel autre éditeur de bitmap simple. Il permet à l'utilisateur de procéder à des modifications manuelles sur une version à gros grain alignée sur une grille de pixels de l'image vectorisée. Ceci est particulièrement utile pour corriger les erreurs comme celle-ci, où les formes incorrectes sont connectées. Dans ce cas, la forme noire supérieure et le noir inférieur sont connectés alors qu'ils ne doivent pas l'être. La première capture d'écran ci-dessous montre la segmentation d'origine initialement calculée par le programme.

Pour corriger ce problème, nous sélectionnons l'outil pipette et nous cliquons sur la couleur jaune quelque part dans l'image. Ensuite, nous changeons en jaune les deux pixels noirs les plus à gauche de la forme inférieure à l'aide de l'outil crayon. Cela relie les deux formes jaunes et sépare les deux formes noires, comme le montre l'écran ci-dessous. Après avoir effectué cette modification, nous cliquons sur le bouton « Mettre à jour » pour appliquer les modifications.

Le résultat vectoriel est bien meilleur (voir la capture d'écran ci-dessous). Les deux formes jaunes sont connectées et les deux formes noires ne le sont pas.

Affichage du résultat - Affichage A

Observons maintenant quelques autres points dans l'image pour voir à quoi ils ressemblent. Les deux captures d'écran ci-dessous montrent l'image bitmap d'origine (première capture d'écran) comparée à l'image vectorielle correspondante (deuxième capture d'écran). Comme vous le voyez, le programme a bien reconstruit l'image vectorisée sous-jacente. Les coins sont nets aux bons endroits et les courbes sont lissées aux bons endroits.

Affichage du résultat - Affichage B

Voici une autre vue qui montre les contours de l'image vectorielle superposée à l'image bitmap d'origine. Comme vous pouvez le voir, les nœuds sont généralement placés dans des endroits très judicieux, et l'image vectorielle suit de très près les contours réels de l'image bitmap d'origine. L'une des fonctions les plus performantes de Vector Magic par rapport à d'autres outils de traçage automatique est que les bords de l'image vectorielle tranchent directement dans les pixels anticrénelés de l'image bitmap d'origine.

Visualisation terminée

Une fois la visualisation terminée, cliquez sur le bouton « Visualisation terminée » ou sur « Suivant ».

Exporter le résultat

Cela vous amène à la page vous permettant de sauvegarder le résultat vectorisé sur le disque dur ou de le glisser-déposer dans un autre programme. Dans ce cas, j'ai choisi d'utiliser la fonction « Enregistrement rapide ». Une sauvegarde rapide vous permet de sauvegarder le résultat vectorisé dans le répertoire spécifié et d'utiliser le format de fichier spécifié en un seul clic. Le répertoire de destination par défaut est le même répertoire contenant l'image source et le format de fichier est un paramètre rappelé, ce qui signifie qu'il correspondra à votre dernière sélection. Le nom de fichier par défaut est identique au nom du bitmap.

Nettoyage final dans Inkscape

Une fois l'image enregistrée sur le disque, vous pouvez la télécharger dans l'éditeur vectoriel de votre choix. Je privilégie Inkscape car c'est un programme gratuit qui offre la plupart des fonctionnalités d'Adobe Illustrator. Sur la capture d'écran ci-dessous, j'ai téléchargé mon fichier SVG dans Inkscape et j'utilise l'outil de loupe pour zoomer sur les petits détails du casque.

Après une inspection plus approfondie, je remarque deux petits détails qui auraient dû avoir une forme d'ovale arrondi comme sur le gros détail, mais qui ont été reconstruits par erreur avec des extrémités pointues, comme un ballon de foot asymétrique. Ceci ne peut pas être corrigé dans VM, et je vais donc expliquer comment le corriger dans Inkscape. Les opérations correspondantes fonctionneront également dans Adobe Illustrator ou CorelDraw. Tout d'abord, sélectionnez les nœuds dans les coins pointus en utilisant l'outil de sélection de nœud (deuxième outil en haut dans la barre d'outils latérale). Ensuite, cliquez sur l'icône « Lisser les nœuds sélectionnés » dans la deuxième rangée de la barre d'outils supérieure. Ce bouton est indiqué dans la capture d'écran ci-dessous.

Faites la même chose avec l'autre ovale incorrect. Si l'ovale doit être déplacé pour compenser sa forme modifiée, vous pouvez le faire avec l'outil principal « Sélectionner et transformer des objets » (l'outil du curseur de souris habituel en haut de la barre d'outils latérale). Après ces modifications, le résultat devrait ressembler à ceci.

Conclusions

C'est terminé ! Ce tutoriel a été conçu pour être très détaillé, et il est donc parfois un peu long. Une fois que vous aurez pris l'habitude, vous pourrez très rapidement et très facilement convertir des images bitmap en illustrations vectorielles. Bien que l'algorithme intégré à Vector Magic soit un outil de pointe, il n'est pas parfait, et nous avons donc inclus une fonction manuelle. Mais elle ne vous permettra pas non plus de résoudre tous les problèmes, et j'ai donc voulu expliquer comment vous pouvez utiliser un éditeur vectoriel traditionnel pour parfaire le résultat.

Bonne chance et bon travail !


Précadrage

Votre image dépasse la limite de taille permise. Pour obtenir des résultats optimaux, veuillez recadrer l'image selon la portion à vectoriser.

Limite de taille


Image originale

Taille :
Rapport hauteur/largeur :
Mégapixels :

Image rognée

Taille :
Rapport hauteur/largeur :
Mégapixels :
L'image rognée dépasse la limite de taille et sera redimensionnée.
Limite de taille atteinte, résolution intégrale préservée.

Erreur Javascript :-(


Merci de nous aider à régler ce problème !